Sortir du cercle magique, un nouvel orde social – Peter DEUNOV

« Ceux qui ne sont pas en état de saisir les changements à faces multiples de ces forces – toujours les mêmes – fonctionnant dans le monde, et qui ne peuvent pénétrer derrière les coulisses de l’immense scène où se jouent les destinées humaines, se laissent tromper par les promesses d’une nouvelle organisation, d’un nouvel ordre, d’un nouveau monde. En réalité, dans ces formes sociales apparemment nouvelles se cachent des idées archi-vieilles.

L’humanité tourne dans un cercle magique dont les quatre points cardinaux s’appellent : cléricalisme, militarisme, capitalisme et socialisme. (…) Ceux qui sont liés à ce cercle impitoyable cherchent en vain à le briser – dès qu’ils pensent réaliser leur projet, la roue du char social s’arrête. Et voilà pourquoi, même lorsqu’ils veulent se libérer de l’influence et du pouvoir de l’un de ces quatre courants, ils s’efforcent de transformer son énergie et de la faire entrer dans la vie sociale sous un autre aspect (…).

On peut les considérer aussi comme quatre formes psychologiques générales qui agissent dans la conscience de chaque individu. Dans un intervalle de 24h heures même, l’homme est tantôt « clérical », tantôt « militariste », tantôt « capitaliste » et « bourgeois », tantôt « socialiste ». Et c’est parce que ces quatre courants ont de profondes racines psychologiques dans l’âme de l’homme – dont la vie se développe maintenant dans ce cercle – qu’ils s’imposent de même si obstinément dans la vie sociale.

Mais la cause de leur présence est encore plus profonde; il faut la chercher dans la source primordiale des forces cosmiques. Ainsi, dans le monde des reflets, le cléricalisme est une forme dénaturée de l’amour, le militarisme est une forme dénaturée de la sagesse, le capitalisme est une forme dénaturée de la vérité, et le socialisme est une forme dénaturée de la justice, car tous appliquent la violence, la contrainte et le meurtre. Fatalement enchaînés au cercle magique que les serviteurs du « prince de ce monde » font tourner, ils aboutissent aux même résultats : luttes, violences, injustices et ruines.

Si l’humanité veut conquérir sa liberté, elle doit sortir du cercle vicieux où la retient une volonté puissante mais ténébreuse. Elle doit abandonner ces formes humaines et entrer dans le royaume de la Nature Vivante, où il ne s’en trouve pas la moindre trace, et où règnent les éternelles forces de l’Amour, de la Sagesse, de la Vérité et de la Justice. L’homme véritable est l’homme de l’amour, qui engendre la vie; de la sagesse, qui engendre le savoir; de la vérité, qui engendre la liberté et détermine la direction vers laquelle se meuvent les deux premiers principes; finalement, l’homme véritable est l’homme de la justice, qui indique l’ultime limite de ce que nous pouvons réaliser ici sur la terre. Cet homme véritable est l’idéal de la prochaine culture. « 

Peter DEUNOV ou « Beinsa DOUNO » (1864-1944) « La vie pour le tout »
Philosophe, Médecin, Musicien et Maître spirituel d’Omraam Mikhaël AÏVANHOV 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :