La démarche quantique, avec Daniel BRIEZ

réalisée pour le MAGAZINE L’ESSENTIEL Canada

dbSUNEVA – Bonjour Daniel, vous êtes à ce jour  l’auteur de 11 livres où vous traitez différents sujets, tantôt ésotériques avec la Merkabah, les anges, et Shamballa, tantôt énergétiques avec les chakras, la thérapie par les couleurs et les parfums, puis la mort… et au printemps 2015 « Cristaux et Quantique » paraît aux éditions Guy Trédaniel. Quelle relation existe-t-il entre vos ouvrages et votre parcours de vie?

D.B. – En tout premier lieu, merci de m’accueillir dans vos pages. Une petite rectification, la Merkabah ne se situe pas dans le champ ésotérique mais bien dans le champ d’application de la réinsertion quantique. Il s’agit donc d’un sujet hautement d’actualité. Pour en revenir à votre question, chaque livre a correspondu à des étapes marquantes de mon itinéraire personnel qui m’ont permis d’intégrer des niveaux énergétiques différents, étape après étape, et qui m’ont amené à la vision et la compétence qui est la mienne aujourd’hui. Il s’agit donc d’autant d’étapes de vie.

SUNEVA – Vous êtes reconnu notamment pour votre grande connaissance des minéraux et cristaux, quel rapport entretenez-vous avec eux?

D.B. – Les minéraux constituent, avec la Couleur, les seuls supports énergétiques fiables pour réintroduire les énergies quantiques dans le Présent. Il s’agit pour moi de consciences à part entière, qui ont beaucoup à nous apprendre et qui nous aide à nous placer dans une perspective nouvelle. Bien évidemment, je ne parle pas de la lithothérapie communément admise. Il s’agit d’une vision respectueuse de la planète, porteuse d’une éthique, ne considérant pas les cristaux comme des « poubelles ».

SUNEVA –  Pourquoi est-il important selon vous d’entreprendre une « démarche quantique » ici et maintenant?

D.B. – La démarche quantique constitue le seul moyen à notre disposition pour changer de paradigme et supprimer le « grand écart »  que nous faisons entre l’être et le « faire ». En d’autres termes, le malaise de chacun et de nos sociétés provient du fait que nous cherchons des solutions à notre mal-être en réfléchissant du point de départ de raisonnements anciens, chargés de croyances anciennes. Ce mode opératoire ne permet aucunement de se libérer car il tente de construire du « nouveau » sur les ruines de fondations effondrées et erronées (croyance en l’espace-temps linéaire par exemple). Il convient donc de changer de perspectives, de supprimer les anciens systèmes de croyances et d’introduire une nouvelle vision dans le quotidien. Il est nécessaire pour le faire de s’appuyer sur des « outils vibratoires » propres, c’est-à-dire non entachés des pensées, des croyances et de la souffrance de l’homme. Les Couleurs et les Cristaux, amenés à nous sous certaines conditions, correspondent à cette définition.

SUNEVA –  Vos recherches ont souvent suscité l’intérêt des professionnels du corps médical. Quels sont les enjeux de notre mode de vie actuel pour notre bien-être et notre santé?

D.B. – Tant que l’écart entre l’être et le faire sera aussi marqué, le corps vieillira plus rapidement qu’il ne devrait le faire. Pour cela, il est fondamental d’identifier sa « géographie » personnelle sur le plan énergétique. Nous avons la chance, à notre époque de disposer d’outils nous permettant de dresser ce tableau : le Thème de Cristal (cristaux) et le Chromotem (couleurs). Cette identification conduit à un rééquilibrage de notre perception de vie qui entraine obligatoirement un mieux être, puisque nous créons un quotidien réellement en phase avec ce que nous sommes sur le plan énergétique et donc biologique. Il s’ensuit une pacification profonde du plan cellulaire et une meilleure santé.

SUNEVA – Élever notre conscience, « travailler sur nous » nous permet-il de vivre plus heureux?

D.B. – Je suis surpris d’une telle question. C’est d’une telle évidence. Comment même s’imaginer que nous puissions faire autrement qu’élever notre conscience tout au long de notre parcours de vie. Par contre méfions-nous du « travail sur soi » qui n’est souvent qu’un « remake » de fractures mentales que nous ressassons sans aucun résultat mais en nous donnant l’illusion de grandir.

SUNEVA – En partant de l’idée que nous sommes tous aptes à communiquer avec les différentes dimensions de l’univers, comment utiliser notre canal à bon escient? Y a-t-il des risques à tenter de canaliser des énergies?

D.B. – Aucun risque de se connecter aux dimensions de l’Univers car nous ne pouvons communiquer qu’avec des plans « supérieurs » (je déteste ce mot) de notre propre être. Le moyen est un simple alignement énergétique qui s’acquiert en éliminant ses croyances parasitaires. Là aussi, il convient de « démystifier » certaines pratiques, pour libérer le canal de connexion que chacun possède. Je crois que nous en parlerons à l’événement NAISSANCE ET RENAISSANCE  II.

SUNEVA – D’après vos connaissances et votre ressenti, comment peut s’initier un changement salutaire au niveau mondial? (grande question!)

D.B. – En changeant notre perspective individuelle. Ce n’est pas une grande question. C’est LA question, car si nous ne bougeons pas la structure sociale et la structure de pensée de nos sociétés, nous allons dans le mur et risquons même de créer la destruction de l’Humanité, à terme. Notre responsabilité individuelle est totale et nous ne pouvons déléguer aucune de nos pensées, aucun de nos actes à qui que ce soit. Cela se passe donc Ici et Maintenant, à chaque instant, pour chacun.

SUNEVA – Après 10 ans d’absence au Québec, vous serez bientôt de retour pour animer une conférence et un atelier inédits dans le cadre de l’événement « NAISSANCE & RENAISSANCE II » à Montréal les 12-13-14 Juin 2015. Que souhaitez-vous de semer à cette occasion, qui est aussi votre 62ème anniversaire!?

D.B. – Tout d’abord un grand plaisir de retrouver les Québécois qui vont trouver un Daniel Briez bien différent de ce qu’ils ont connu. Le but de cet atelier : impulser chacun, au moyen d’outils simples et de points de vue différents, la réinsertion quantique dans le quotidien de chacun des participants. Au-delà, un souhait : ne pas me limiter à cet événement et pouvoir poursuivre au Québec la transmission d’une « vision » quantique qui est trop rare encore. Les outils sont simples. La démarche exigeante mais ne demandant pas d’aptitudes et de compétences particulières. Exigeante car réclamant de notre part une cohérence de tous les instants. Cela peut paraître simpliste mais ce n’est pas si facile que cela. En fait être des « hommes de bonne volonté ». Merci de vos questions.

SUNEVA – Au plaisir Daniel, merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :