L’animal face à son euthanasie – Fabienne MAILLEFER

« Dans nos contrées, il est extrêmement peu fréquent qu’un animal parte de « sa belle mort », comme on le dit souvent (in fine, que signifie partir d’une belle mort?). L’animal de compagnie meurt parfois accidentellement (la première cause de mortalité des chats est les accidents de la route), mais souvent le propriétaire de l’animal est confronté à devoir choisir l’euthanasie en alternative à l’agonie…

Si le sujet de la mort assistée pour les humains est toujours controversée dans certains pays, il est autorisé pour les animaux de procéder à une euthanasie lorsque cela s’avère nécessaire. L’animal sauvage blessé gravement ou vieillissant n’a, lui, que le choix de l’agonie à la fin de sa vie, à moins qu’il n’ait la chance de croiser sur son chemin un grand prédateur qui mettra un terme à sa vie terrestre et le délivrera de son enveloppe physique.

Soyons clairs, les animaux n’ont pas d’avis concernant l’euthanasie, puisque c’est un concept humain qui n’existe pas dans le monde animal. Il est donc difficile de répondre à cette question qui m’est souvent posée : « Est-ce que mon animal veut être endormi, euthanasié, piqué, est-ce qu’il veut mourir ? ». La réponse sera toujours non, indubitablement, car les animaux n’ont pas envie de mourir. Ils ont un instinct de survie bien plus développé que le nôtre et, pour eux, ils sont en vie jusqu’à leur dernier souffle. La mort assistée est un concept qui leur échappe. La bonne question serait de leur demander s’ils veulent cesser de souffrir.

FM_livres

Or, depuis quelques années, des communicateurs animaliers colportent le fait qu’il n’y a pas de problème, les animaux n’ont pas de souci avec la mort et, donc, sur un simple coup de fil de dix minutes, délivrent « un permis d’euthanasier » à leur propriétaire. C’est vraiment quelque chose qui m’effraie beaucoup dans ma pratique aujourd’hui, car les animaux n’ont pas plus envie de mourir que les humains. Les animaux, quand ils doivent quitter cette Terre, ne disent jamais : « Génial, je vais m’en aller dans l’au-delà, je pourrai voler et ensuite je vais me réincarner en un autre animal et ça va être super cool ! ». C’est difficile physiquement et psychologiquement de quitter notre « pyjama terrestre » et les liens qui lient les animaux à leur propre corps sont très forts. Ils ont besoin de temps (quand cela est possible) pour se détacher de la vie terrestre. Ils ont un deuil à effectuer, celui de devoir quitter la Terre et cette existence incarnée dans laquelle ils ont pu expérimenter tant de choses.

Si cela est possible, comme pour les humains, il est bien de pouvoir laisser du temps aux animaux afin qu’ils puissent se préparer à leur départ. Il n’y a pas de règle quant au temps de préparation, tout dépend de celui dont on dispose avant la mort, mais aussi après celle-ci (nous détaillerons tout cela dans le chapitre sur les rituels). »

Fabienne MAILLEFER
Extrait de son livre Accompagner son animal en fin de vie (Éditions Vega)


Revoir notre Webconférence du 1er Février 2022 :
Dialoguer avec l’âme animale, ici et dans l’au-delà


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :